Stories designed

by consumers.

Voici l'ennemi mortel de Facebook.

440 milliards, c’est la valorisation de cette pépite de la tech qui semble indétronable. 

Facebook lance même les nouvelles tendances (Chatbot), copie sans vergogne les idées de ses concurrents (SnapChat) ou bien rachète ses concurrents quand elle ne veut pas s’embêter à les copier (WhatsApp). 

 

 Facebook vous attire grâce à votre curiosité, pas par intérêt.

 

 

Pourtant son produit phare, Facebook, est bien mal en point. C’est d’ailleurs pour cela que Facebook communique sur tous ses autres produits et services afin de faire diversion. 

 

Ce « réseau social » n’est devenu au fil des années plus qu’un simple flux d’informations. 

Cette application n’a plus rien de social et encore moins de réseau. 

Tout le monde consulte, mais plus personne ne publie. 

 

Dernièrement je suis tombé sur un très bon article qui expliquait que sur son lit de mort, personne ne se dit : « j’aurais aimé passer plus de temps sur Facebook »  

 

Ce constat m’a, il faut le dire, bien plus.  

Et c’est pour cela que j’ai décidé de réaliser une expérience d’utilité publique que je souhaite partager avec vous. 

 

 

J’ai désactivé les Notifications Facebook. 

Et le miracle est soudain apparu : je n’ai pas senti la moindre envie de retourner sur cette application. 

Le pire ennemi de Facebook est l’option qui vous permet de vous déconnecter de ce monde parallèle afin de faire quelque chose d’enfin utile. 

 

Vous reconnecter réellement à vos proches.  

 

Pas de rester en relation virtuelle avec de vagues connaissances lointaines. 

Les choses importantes de la vie n’attendent pas. Les vidéos de chat le peuvent, elles.

 

#JeDésactiveLesNotificationsFacebook 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

MAGNAVE  ENTERTAINMENT

25 Rue Notre Dame des Victoires, 75002 Paris

MAGNAVE PARIS II

320 Rue Saint Honoré, 75001 Paris

MAGNAVE PARIS I

© 2019 MAGNAVE SAS

Tous droits réservés.

Station F, Parvis Alan Turing, 75013 Paris

MAGNAVE PARIS XIII